mardi 18 décembre 2012

200ème... / 200th...

Impressionnant! 200 messages... Je ne pensais pas, en commençant à écrire mes premières lignes que je pourrais aller si loin... Mais c'est très bien; j'aime beaucoup le faire! Et j'entends bien continuer, à moins que je ne devienne ennuyeux à force d'exposer ma vision du cyclisme parisien? J'espère que ce n'est pas le cas!... Même si, aujourd'hui...
Je pensais ce matin, en me rendant au travail, à cette sempiternelle file de voitures que je croise, affronte au quotidien et qui me désespère à cause de ses pollutions, environnementale, mais aussi sonore, psychologique, sociale, et des dangers qu'elle fait courir à l'ensemble des citoyens. Et je me disais: "pourquoi?"




 Pourquoi toutes ces personnes enfermées dans cette carapace d'acier, seules, face à un univers dangereux, qu'elles-mêmes rendent dangereux? Pourquoi ces personnes engluées dans leurs embouteillages quotidiens, dans leurs coquilles qui coûtent très cher pour un rendement très faible, et qui coûtent très cher à la collectivité par la création et l'entretien de la voirie, la pollution de l'atmosphère et  des sols, mais aussi par les accidents corporels, n'essaient pas de s'interroger sur la manière de modifier nos comportements collectifs, limiter nos besoins en transports? 




Les transports motorisés sont un des plus grands maux de notre société moderne, qui  détruisent nos espaces, nos liens sociaux, nos vies, nos libertés. Le simple fait de rouler à bicyclette nous rend tout cela.


Même par ces temps humides et froids...




**********


Impressive! 200 posts... I did not think, when I started to write on this blog I could go so far... But it is great, I like it! And will continue, unless I bore you too much with my thoughts about parisian cyclists? I hope I do not!... Even if today...
Commuting  this morning, I was thinking about this perpetual line of cars which I cross and face everyday, and which discourages me because of its pollutions, environmental, but also sound, psychological, social pollutions, and the dangers implied for all the citizens. And I said to myself: " why? "




Why all these persons locked into this shell of steel, alone in most of the situations, in front of a dangerous universe, which themselves make dangerous? Why these persons stuck in their daily traffic jams, in their shells which are very expensive for a very low efficiency, and which are very expensive to the community by the creation and the maintenance of the public road network, the pollution of the atmosphere and the grounds, but also by personal accidents, do not try to wonder about the way of modifying our collective behavior, of limiting our needs in transport?




The motorized transport are one of bigger troubles of our modern society, which destroy our spaces, our social links, our lives, our liberties. The simple fact of riding a bicycle makes us all this.


Even with our cold and humid weather...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire